Le Petit Spirou : un héros sans relief

defbx6iwaaaoqemAdapter des BD populaires en film. C’est une habitude que le cinéma français a depuis de nombreuses années, pour des résultats (très) inégaux. Je pense par exemple aux Profs. Si le premier opus m’avait emballé, je me suis, en revanche, ennuyé comme un rat dans le second tant je le trouvais insipide et que j’estimais Kev Adams mauvais (mais bon, dire cela, c’est comme enfoncer une porte ouverte non ?). Depuis d’autres ont suivi comme Tamara qui, pour le coup, m’a vraiment séduit et dont j’attends la suite avec grand intérêt.

En attendant donc la suite de Tamara mais également d’autres adaptations comme Gaston Lagaffe, prévu au printemps prochain, la France continue à revisiter les classiques de la BD belge et s’attaque au Petit Spirou de Tome et Janry. Nous sommes à la fin de l’année et Spirou va devoir quitter ses camarades avec qui il fait les quatre cent coups. Il souhaiterait aller à l’aventure, partir dans des contrées lointaines et au passage déclarer sa flamme à Suzette mais il semble que le destin a choisi pour lui. Spirou entrera à l’école des grooms, perpétuant la tradition familiale. Si cette perspective ravit sa mère et grand-papy, ce n’est pas tellement le cas pour le jeune garçon qui voudrait échapper à son destin.

Tournage Le petit Spirou

Comme son nom l’indique, le nouveau film de Nicolas Bary met à l’honneur le groom le plus connu de Belgique. La plupart des personnages clés est présente tels que Mademoiselle Chiffre, Mégot le prof de sport sans oublier Langélusse. Alors on se dit qu’on va retrouver l’esprit de la BD, celle que j’adorais lire quand j’étais un peu plus jeune. Mais force est de constater que Le Petit Spirou version ciné, c’est plate comme qui diraient les Québécois. Autrement dit, on s’ennuie, on reste dans le conventionnel, la bonne comédie familiale qui veut ratisser large et qui évitera les blagues potaches ou ambiguës.

Tournage Le petit Spirou

En effet, si Le Petit Spirou est limite insolant dans la version dessinée, il en est tout autrement dans la version « live ». Celles et ceux qui ont découvert le personnage via la BD pourraient ne pas retrouver leur compte et s’interrogeront sur le bien fondé d’une adaptation une fois encore aseptisée. On peine à rire (en réalité, on ne rit pratiquement pas) et les acteurs adultes comme Natacha Régnier ou encore Philippe Katerine ont toutes les difficultés à convaincre. Même François Damiens, qui avait le profil parfait pour incarner Mégot, semble laborieux.

Tournage Le petit Spirou

Labourieux, c’est aussi le mot que j’utilise pour qualifier une adaptation insipide et peu ambitieuse et qui fait du placement de produit une religion. Bien dommage parce que si l’idée était là, le résultat laisse à désirer. Finalement, on aurait du laisser aux Belges le soin d’adapter leur Spirou. On aurait même pu demander à Spielberg aussi !

Le Petit Spirou

Un film de : Nicolas Bary

Pays : France

Avec : Sacha Pinault, Pierre Richard, François Damiens, Natacha Régnier, Gwendolyn Gourvenec, Philippe Katerine, Armelle…

Genre : Famille, Comédie

Durée : 1h26

Sortie : le 27 septembre

Note : 8/20

4 Replies to “Le Petit Spirou : un héros sans relief”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s