Barry Seal, American Traffic : Tom Cruise sur deux tableaux

557760Tom Cruise. Il y a ceux qui l’adorent et ceux qui le détestent. Moi, je suis dans la zone grise. Si j’aime l’acteur et qu’il est capable de rester dans le coup, je n’oublie pas son militantisme plus que prononcé pour l’Eglise de Scientologie.

Mais oublions ce point fâcheux et concentrons-nous sur son nouveau film, tiré d’une histoire vraie. Il y incarne Barry Seal, ancien pilote de ligne qui, en 1978, est recruté par la CIA, les services secrets américains. Sa mission est simple : vendre des armes aux groupes paramilitaires sud-américains dans le cadre d’une mission secrète menée par Washington. Direction l’Amérique centrale où le pilote chevronné fait rapidement des affaires. Sa réussite l’emmène alors à la rencontre des narcotrafiquants dont un certain Pablo Escobar. Très vite, Seal prend conscience des avantages qu’il peut tirer de ce nouveau business. Il n’hésite pas à jouer sur les deux tableaux, ce qui fera sa fortune mais causera aussi sa perte.

American Made (2017)

Comme je vous l’ai indiqué plus haut, Barry Seal est tiré une histoire vraie, celle d’un homme assez roublard qui a vite compris qu’on pouvait se faire pas mal de bénéfices en étant porteur de valises à la fois pour la CIA mais également pour les narcotrafiquants sud-américains. Dans un contexte de Guerre froide, les Etats-Unis n’ont qu’un seul objectif : anéantir le communisme, le véritable antéchrist pour ses dirigeants. Tout est bon pour y parvenir, y compris armer des régimes militaires mais également des groupes… communistes, business is business comme on dirait en anglais.

5362112

C’est dans cette partie de poker menteur que Barry Seal saura habilement tirer son épingle du jeu. Il est très vite récompensé de sa folle audace et en fait profiter sa famille, sous l’œil peu regardant des services secrets américains qui, au fond, ont bien besoin de lui pour continuer leur travail de sape en Amérique centrale. Mais cette audace, ce goût pour le risque est à double-tranchant et Barry se voit trop grand et surtout intouchable. Un jeu du chat et de la souris s’engage et le matou n’est pas forcément celui que l’on croit !

American Made (2017)

Film au dénouement assez surprenant, Barry Seal : American Traffic est un long-métrage qui n’est pas exceptionnel en soi mais qui reste sympa et divertissant. On rigole souvent, tant le destin de ce pilote de ligne est assez dingue et on se demande comment il va réussir à sortir de ce guêpier… ou pas. Barry Seal, c’est aussi un autre récit du rêve américain où une personne à l’existence moyenne se retrouve infiniment riche, au point d’être grisé par cette réussite fulgurante et déroutante. En attendant, Tom Cruise se la joue cool en attendant le sixième opus de Mission Impossible qui sortira en salles, fin juillet prochain.

Barry Seal : American Traffic (American Made)

Un film de : Doug Liman

Pays : Etats-Unis

Avec : Tom Cruise, Sarah Wright, Domhnall Gleeson, E. Roger Mitchell, Jesse Plemons…

Genre : Biopic, Thriller, Policier

Durée : 1h54

Sortie : le 13 septembre

Note : 14/20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s