Djam : road-trip, partage, espoir

513928Le cinéma permet de découvrir de nouvelles pépites et des histoires détonantes, surtout en plein été. Une programmation alternative que j’aime bien et qui change (un peu) des films à gros budget sortis juste pour la période des grandes vacances.

C’est ainsi que début août, avant d’aller crapahuter dans le Pays Basque, je suis allé découvrir Djam de Tony Galtif. Djam c’est l’histoire d’une femme grecque d’une vingtaine d’années qui est envoyée à Istanbul par son oncle Kakourgos pour aller acheter une pièce pour son bateau en panne. Sur le trajet elle croise la route d’Avril. Avril a 19 ans, elle est Française et devait se rendre en Syrie pour prêter main forte aux réfugiés. Mais larguée par son copain, elle se retrouve seule et sans un sou. Elle décide alors de suivre Djam qui s’apprête à retourner en Grèce. Débute alors un road-trip un peu spécial.

l_djam-1

Djam, c’est avant l’histoire d’une Grecque au caractère bien trempée mais surtout déroutante à certains moments. Elle est atteinte de nombreux tics dont celui de ne pas porter de culotte, car elle trouve cela inconfortable. Cela peut paraître bizarre dit comme cela, mais c’est une façon pour la jeune femme d’être libre et de se montrer rebelle. Elle est belle, insouciante et parfois insolente en particulier avec Kakourgos. Elle adore chanter et si elle est bien souvent difficile à suivre, elle n’en demeure pas moins attachante. Avril en fera l’expérience, elle qui est tout le contraire de Djam même si elle a quelques points communs avec son extravagante compagne de route. Avril, c’est malgré tout, la voix de la raison, celle qui tente de calmer les ardeurs et le côté bulldozer de Djam. Parfois, l’affrontement sera inévitable mais essentiel pour que les deux femmes se comprennent et surtout avancent dans la même direction.

photo5_12121

Le film de Tony Gatlif donne également au spectateur de découvrir une autre image de la Grèce, celle des campagnes et de ses habitants marqués par la crise. Dans un contexte anxiogène, la tradition, la culture sont les seules richesses qui subsistent à des gens qui se retrouvent subitement et violemment sur le carreau. Face à cette situation, l’extravagance de Djam, c’est une façon de supporter la crise et d’espérer, malgré tout, de meilleurs lendemains.

455880

Film touchant, Djam est l’occasion de découvrir sur le grand écran deux actrices prometteuses que sont la Belgo-grecque Daphnée Patakia et la Française Maryne Cayon aux côtés de Simon Abkarian. Pour celles et ceux qui n’ont pas encore vu ce film, je ne dirais qu’un mot : dépêchez-vous ! 😉

Djam

Un film de : Tony Gatlif

Pays : France

Avec : Daphne Patakia, Simon Abkarian, Maryne Cayon, Kimon Kouris, Solon Lekkas…

Genre : Drame

Durée : 1h37

Sortie : le 9 aout

Note : 14/20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s