ob_903b33_captureRire et faire passer un message. Deux impératifs pas toujours simples à concilier au cinéma, surtout lorsqu’on traite un sujet sensible, à savoir l’intégrisme. D’aucuns n’hésiteraient pas à dire qu’on s’en prend une nouvelle fois à l’islam en la tournant au ridicule alors qu’il n’en est rien en réalité. Du moins, ce n’est pas ce que j’ai ressenti en découvrant Cherchez la femme de Sou Abadi.

Armand et Leïla sont étudiants en master à Sciences Po Paris. Ils sont très amoureux et projettent de s’installer à New York à la fin de leurs études pour effectuer un stage aux Nations Unies. Dans le même temps, Mahmoud, le frère ainé de Leïla, revient du Yémen. Il est radicalement transformé. Lorsqu’il est au courant des projets de sa sœur, il s’oppose à son histoire d’amour et l’interdit de sortir du domicile familial. Face à la situation, Armand décide de se faire passer pour Shahrazade, une fille très pieuse portant le niqab, seul moyen d’approcher Leïla. Le plan semble fonctionner à merveille à un détail près : Mahmoud tombe éperdument amoureux de Shahrazade.

205077

Comme je l’écrivais plus tôt, il n’est pas évident de parler d’un sujet grave sous le signe du rire, surtout lorsque la religion n’est pas loin. C’est pourtant avec brio et malice que la réalisatrice du film a réussi ce tour de force. Pour celles et ceux qui pourraient en douter ou qui ont l’indignation rapide, Cherchez la femme ne se moque pas de l’islam et de ceux qui y croient, bien au contraire. Sou Abadi se moque allégrement de ceux qu’on appelle « Les Frères », ces barbus qui pensent connaître le véritable islam alors qu’ils sont en réalité bien paumés. Le cas de Mahmoud, interprété par William Lebghil, l’illustre assez bien, lui qui cherche une nouvelle source d’inspiration à la suite du décès de leurs parents, quitte à se comporter de manière rigoureuse et violente, à être plus croyant que les croyants. L’irruption de Shahrazade le conforte dans sa quête d’un Islam soit disant véritable et pur, lui qui boit les paroles et les versets de sa promise. Pour lui, c’est sur c’est un signe d’Allah, mieux une volonté de sa part. Il l’a choisi pour être sa future femme, sans se douter qu’il est le dindon de la farce dans cette rocambolesque histoire !

199140

Avec un rythme assez soutenu, le film enchaîne les situations cocasses et tape sur l’intégrisme de manière intelligente et sans aucune provocation, ce qui permet d’aborder certains sujets encore tabous au sein de notre société, mais également de notre rapport et autres préjugés sur l’islam. Mention spéciale à propos pour Camélia Jordana mais surtout pour Félix Moati qui incarne à la fois Armand mais aussi Shahrazade avec justesse.

cherchez_la_femme_a

Une façon innovante et intelligente de critiquer l’intégrisme (et tous les intégrismes, rappelons-le) en prenant certains à leur propre jeu.

Cherchez la femme

Un film de : Sou Abadi

Pays : France

Avec : Félix Moati, Camélia Jordana, William Lebghil, Anne Alvaro, Carl Malapa…

Genre : Comédie

Durée : 1h28

Sortie : le 28 juin

Note : 14/20