Cinquante nuances plus sombres : Pardon, j’ai (encore) ri !

485347Deux ans que certaines d’entre vous attendaient cette suite ! Deux ans que certaines de mes copines fantasmaient sur le corps athlétique de Christian Grey et son comportement sado-maso. Allez ! Avouez-le ! Vous aimeriez bien être à la place d’Anastasia Stelle et de celle qui l’interprète, Dakota Johnson ? :p

Lorsque j’ai découvert le premier opus, il y a deux ans, je n’ai pas pu m’empêcher de rire (intérieurement). On baignait dans la mièvrerie, et le côté un peu trop « fleur bleue » de l’héroïne en devenait affligeant, à défaut d’être (clairement) agaçant. On se demande franchement ce qu’elle faisait là, elle qui semblait horrifiée par les pratiques peu conventionnelles de Christian Grey et qu’elle n’acceptait pas… pour mieux en redemander !

Cinquante nuances plus sombres plante un peu le décor. Furieuse de ses demandes spéciales, Anastasia a décidé de couper les ponts avec Christian. Elle se concentre sur sa carrière d’éditrice et semble déterminer à écrire une nouvelle page de sa vie, sans lui. Mais c’est sans compter sur la détermination et le pouvoir de séduction de Christian qui finit par arriver à ses fins. La jeune femme décide de le fréquenter à nouveau, sous conditions. Peu à peu, Anastasia découvre le passé sulfureux de Christian et certaines de ses blessures. Alors que Christian lutte contre ses démons, elle doit prendre une décision importante dans sa vie.

Comme son titre l’indique, Cinquante nuances plus sombres est censé nous transporter dans une histoire un peu plus glauque et spéciale. En réalité, il n’en est rien (ou presque). Certes, on découvre le passé de Christian, un enfant qui a subi des violences lorsqu’il était gamin ainsi que des attouchements par une amie de la famille (incarnée par un Kim Basinger qui a perdu de sa superbe, bonjour vieillesse ^^), ce qui ne l’empêche pas de faire des affaires avec elle. Le tout sous les yeux d’une Anastasia dont on se demande si son niveau de mièvrerie n’a pas atteint son cerveau.

Je suis un peu sec et dur dans mes propos mais difficile de voir l’once d’une crédibilité dans le jeu des personnages et plus généralement dans l’histoire en elle-même. Notre Christian, réputé sado-maso, s’avère en réalité un homme séduisant, attentionné, qui a ses failles, ce qui ne peut que faire craquer notre héroïne et ferait hurler Donald Trump ! Le président des Etats-Unis est un bonhomme et il sait se faire respecter auprès des femmes[1] !

Résultat des courses, le film est bourré de clichés (et de testostérone), rassemblant à un téléfilm de l’après-midi sur TF1 et M6, les scènes olé-olé en plus. Le rythme du film permet au spectateur d’éviter de roupiller durant la projection et le corps d’athlète de Jamie Dorman suffit pour celles qui ont du regretter d’avoir déboursé une dizaine d’euros et gâcher deux heures de leur vie.

Film loin d’être exceptionnel donc et rien ne garantit que le final le sera tout autant (oui, oui, il s’agit d’une trilogie et le troisième opus devrait sortir début février 2018) mais qui fera le bonheur (ou la satisfaction !) de celles qui ont lu le bouquin de E.L. James.

Et on se dit qu’on est bien content d’avoir la carte UGC des fois ^^’

Cinquante nuances plus sombres (Fifthy Shades Darker)

Un film de : James Foley

Pays : Etats-Unis

Avec : Dakota Johnson, Jamie Dornan, Bella Heathcote, Kim Basinger, Eric Johnson…

Genre : Erotique, Romance, Drame

Durée : 1h58

Sortie : le 8 février

Note : 8/20


[1] Je précise que je fais de l’ironie au cas où certain(e)s l’auraient pris au premier degré ! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s