Seuls : du fantastique convaincant

la-premiere-affiche-officielle-de-seulsJ’aime bien Stéphane Bak, il me fait rire. Alors quand j’ai appris, à la fin de l’année dernière, qu’il serait à l’affiche d’un nouveau film, j’ai scruté la date d’une éventuelle avant-première en région parisienne. Bingo puisque c’est à La Défense qu’il avait présenté avec le réalisateur et ses collègues acteurs, Seuls.

Seuls raconte l’histoire de Leïla, 16 ans, une ado plus ou moins solitaire, marquée par l’hospitalisation de son frère, plongé dans un profond coma. Un jour, elle se réveille, comme tous les matins, pour aller à l’école. Sauf qu’il n’y a personne chez elle, ni dans le quartier. Tout le monde a disparu. Pensant qu’elle est l’unique survivante d’une catastrophe qui a décimé la ville toute entière, elle finit par croiser quatre autres jeunes : Dodji, Yvan, Camille et Terry. Ensemble, ils devront apprendre à survivre et comprendre ce qu’il s’est passé… sans se douter qu’ils sont surveillés de près.

Réalisé par David Moreau, Seuls est une adaptation de la bande dessinée éponyme parue en 2005 dans le magazine franco-belge Spirou. Ignorant l’existence de l’œuvre, il m’est, en toute logique, impossible de faire la moindre comparaison et c’est sans doute mieux ainsi. En effet, lorsqu’on commence à chercher des différences ou des points communs entre le film et la BD, on finit toujours par être déçu en disant que l’histoire racontée au ciné n’est pas totalement fidèle à l’originale, etc. C’est toujours un risque mais c’est oublier que le grand écran ne doit pas faire un copier-collé, sinon autant filmer directement la planche dessinée.

seuls-2-photo6

Alors on s’en tiendra à la version filmée, au synopsis et au jeu des acteurs qui sont, dans l’ensemble, convaincants. Dans cet environnement hostile et tout à fait incertain, nos héros vont devoir passer en un temps record de l’adolescence à l’âge adulte, même si plusieurs éléments antérieurs à l’événement font penser qu’ils sont déjà dans le processus. On y aborde des sujets comme l’abandon, la souffrance ou encore la mort qui demeure très présente tout au long de l’histoire. Ceux qui n’ont pas lu la BD iront de surprise en surprise et notamment une qui marquera un véritable tournant dans l’intrigue et permettra de mieux comprendre. En réalité, chaque détail compte, notamment un, un banal fait divers, capital pour la suite.

seuls-2-photo5

J’en arrête là, niveau révélations, au risque d’en dévoiler un peu trop par mégarde. Si Stéphane Bak reste mon chouchou et m’a convaincu, n’oublions pas les autres acteurs du film notamment Sofia Lesaffre que j’ai découvert dans (le très décevant) Les Trois Frères, le retour et Jean-Stan du Pac que j’avais apprécié dans (le très touchant) Le Cœur en braille sorti, à la toute fin de l’année 2016. Pour le reste, le film tient ses promesses et reste compréhensible même quand on n’est pas un fana de fantastique comme moi. La fin reste très ouverte, nourrissant l’espoir des fans de la BD d’une suite (qui à mon humble avis, correspondrait davantage à un format série). A voir d’abord si Seuls trouve son public.

Seuls

Un film de : David Moreau

Pays : France

Avec : Sofia Lesaffre, Stéphane Bak, Jean-Stan du Pac, Paul Scarfoglio, Kim Lockhart…

Genre : fantastique

Durée : 1h38

Sortie : le 8 février

Note : 14/20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s