Le Fondateur : quand le loup entre dans la bergerie

197141Quand le loup entre dans la bergerie, il est souvent trop tard pour l’en déloger. En véritable prédateur qui se respecte, il élimine férocement les membres du troupeau pour en prendre ensuite le contrôle.

Richard et Maurice McDonald auraient pu s’en rendre compte et surtout se méfier des ambitions de Ray Kroc. Un jour de 1954, il se rend dans leur restaurant de San Bernardino où ils vendent des burgers servis en moins de trente secondes. Ils ne le savent pas encore mais ils viennent d’inventer un concept qui va révolutionner le monde de la restauration. Bluffé par l’entreprise, Ray Kroc leur propose tout bonnement de franchiser la marque. Les deux frères acceptent sans se douter de la manœuvre qui se prépare derrière leur dos et qui causera leur perte.

Le fondateur raconte la naissance d’un géant mondial, symbole de l’Amérique et pour ses détracteurs de la malbouffe : McDonald’s, au départ une simple affaire familiale nichée dans le sud de la Californie non loin de San Francisco. Les deux frangins qui en sont à la tête en sont fiers mais n’affichent vraiment pas d’ambitions. Tout juste, ils ont tenté de franchiser dans la région, mais sans succès. Pour eux, McDonald’s, c’est un endroit où on y vient pour passer du bon temps, en famille ou avec ses potes point final. Autant dire qu’ils n’ont absolument pas vu arriver Ray Kroc, un VRP raté, qui enchaîne échecs sur échecs et qu’on ne prend pas vraiment au sérieux. Si l’homme semble être un loser, il a néanmoins un atout, c’est la persévérance. Il croit toujours à sa bonne étoile mais surtout à son intuition. Roublard, il ne manque pas de culot et n’hésite pas à prendre tous les risques pour s’emparer de McDonald’s et en faire la multinationale que l’on connaît aujourd’hui.

the-founder-photo3

On pourrait se dire que Ray Kroc est une ordure, un homme sans foi ni loi qui a abusé de la confiance de deux frères pour mieux les rouler dans la farine. Lui, vous dira que c’est la loi du business et qu’elle n’est pas faite pour les tendres. C’est un peu vrai et résume assez bien la philosophie du film. Ray Kroc voulait sa part de rêve américain et a habilement réussi à faire d’un concept, la nouvelle religion de l’Amérique.

Pour celles et ceux qui adorent les biopic et les grands amateurs de McDo (mention spéciale à Barbara ^^’), ce film suscitera votre intérêt j’en suis sur. Niveau performance, saluons celle de Michael Keaton qui incarne avec précision, cynisme et détermination le personnage principal, confirmant son retour au premier plan avec le très bon Birdman et le remarquable Spotlight.

Le fondateur (The Founder)

Pays : Etats-Unis

Un film de : John Lee Hancock

Avec : Michael Keaton, Linda Cardellini, Patrick Wilson, Nick Offerman, Laura Dern

Genre : biopic, drame

Durée : 1h56

Sortie : le 28 décembre

Note : 16/20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s