Tout, tout de suite : Comprendre, ce n’est pas excuser !

096674Dix ans déjà. Dix ans qu’un soir de février 2006, une automobiliste avait fait une découverte macabre, un homme agonisant, nu, brûlé à 80%. Il avait 26 ans, il s’appelait Ilan Halimi. Sa mort, quelques jours plus tard, allait provoquer une indignation sans précédent et un élan de solidarité pour dire « non » à l’antisémitisme.

Tout, tout de suite revient sur cette affaire et sur le destin d’Ilan, un homme sans histoires. Un jour, une femme particulièrement séduisante débarque dans la boutique de téléphonie mobile où il est vendeur. Elle se montre entreprenante et l’invite à prendre un verre avec lui. Ilan accepte, sans se douter qu’il vient de tomber dans un piège auquel il n’en s’en échappera pas.

Ce n’est pas la première fois que le grand écran revient sur cette sordide affaire. Il y a deux ans, 24 jours, d’Alexandre Arcady retraçait comme son nom l’indique les trois semaines de détention d’Ilan Halimi et de l’angoisse subie par sa famille et en particulier sa mère, Ruth, interprétée par une bouleversante Zabou Breitman. Un peu plus tôt dans l’année, Eperdument s’inspirait de la relation interdite entre Sorour Arbabzadeh, la jeune femme ayant servi d’appât pour le Gang des Barbares, et le directeur de la Prison pour femmes de Versailles respectivement incarnés par Adèle Exarchopoulos et une Guillaume Gallienne, à contre courant mais détonnant.

TOUT TOUT DE SUITE 2 PHOTO2

Tout, tout de suite change de véritablement de cadre puisqu’évoque l’affaire Ilan Halimi mais vu du Gang des Barbares. On pense tout de suite à Youssouf Fofana, le leader et son côté sadique, colérique, qui faisait régner la terreur de l’aveu même de ses « compagnons ». Un Youssouf Fofana joué par un Steve Achiepo impressionnant et très inquiétant. Les motivations de ses complices sont diverses et variées, ce qui permet de déterminer les degrés de responsabilité et surtout de culpabilité des différents protagonistes de cette sombre affaire.

TOUT TOUT DE SUITE 2 PHOTO4

Le film est dur, sans concession, parfois à la limite du soutenable, à l’image du calvaire subi par Ilan Halimi. Il permet surtout de comprendre ce qui a poussé Youssouf Fofana et ses acolytes à commettre l’irréparable. L’appât du gain, les poncifs antisémites, une certaine ignorance aussi sans oublier de l’inconscience… Les membres du Gang des Barbares passent pour des paumés qui n’ont pas tellement pris la mesure de ce qu’ils faisaient. Il ne s’agit pas d’excuser (et en aucun cas, il s’agit de le faire !) mais de comprendre, ce qui les ont poussé à agir de la sorte.

TOUT TOUT DE SUITE 2 PHOTO5

Tout, tout de suite est sorti dans une certaine discrétion, tant le sujet est pénible et surtout sensible, très sensible même. Jeudi dernier, lors de ma séance, exclamations, cris et invectives se sont succédés durant le film, certains accusant quelques spectateurs de manquer de respect à l’histoire et au drame d’Ilan. Au point où un homme lâcha : « On va tout droit vers la guerre civile ». Des propos extrêmes à mon sens mais qui soulignent tout le contexte anxiogène dans lequel évolue notre pays depuis un moment.

Tout, tout de suite

Un film de : Richard Berry

Pays : France

Avec : Richard Berry, Steve Achiepo, Marc Ruchmann, Romane Rauss, Eric Moreau…

Genre : drame

Durée : 1h53

Sortie : le 11 mai

Note : 16/20


 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s