Le Festival comme si vous y étiez… ou presque !

Le réalisateur turc, Nuri Bilge, recevant la Palme d'Or pour son film "Winter Sleep" en 2014
Le réalisateur turc, Nuri Bilge, recevant la Palme d’Or pour son film « Winter Sleep » en 2014

Cannes 2016, c’est parti ! Comme chaque année, le rendez-vous tant attendu des cinéphiles est arrivé et la Côte d’Azur devient the place to be du moment ! La montée des marches, les strasses, les paillettes, le défilé de stars… tout est là pour que le Festival de Cannes nous envoie du lourd et surtout du rêve comme chaque année.

Boulot oblige (j’étais en train de travailler une note technique), j’ai manqué la cérémonie d’ouverture qui devait être bien, je suppose. Je le pense même surtout quand on a Laurent Laffitte en tant que maitre de cérémonie. Un acteur que j’apprécie beaucoup et qui a du donner un coup de jeune à ce moment traditionnel, je vérifierai en regardant le replay, lorsque le temps me le permettra. Pour le reste, le Festival nous promet une belle sélection et son nom de favoris comme les frères Dardenne, qu’on ne présente plus ou encore mon Xavier, je veux parler de Xavier Dolan qui présente en compétition son nouveau long-terme Juste avant la fin du monde. Petite frustration car il faudra attendre octobre pour découvrir son œuvre dont je suis sur qu’elle aura la même puissance que ses précédentes.

Petite nouveauté cette année, les films qui sont présentés en compétition ou hors compétition sortiront pratiquement en même temps en salles ou à quelques jours d’intervalle. C’est tout simplement génial pour le cinéphile que je suis mais également pour le public en général, une manière de faire vivre le Festival en dehors de Cannes et de le rendre plus accessible. Le cinéma, et c’est ma philosophie, ne pas doit demeurer pour une bande d’initiés, il doit s’ouvrir à tous dès que possible. Si Thierry Frémiaux, directeur général du Festival de Cannes, s’inscrit dans cette logique, je ne peux qu’applaudir.

Ainsi, outre Café Society, le dernier Woody Allen sorti hier soir en même temps que sa projection en ouverture, découvrez Money Monster de Jodie Foster avec Julia Roberts, George Clooney et Jack O’Connell dès ce jeudi, Ma loute, ce vendredi 13 (espérons que le film lui porte chance !) de Bruno Dumont avec Juliette Binoche et Fabrice Lucchini, et deux jours après, The Nice Guys de Shane Black avec Russel Crowe et Ryan Gosling. D’autres films sont également attendus comme Julieta qui signe le retour de Pedro Almodovar sur un sujet qu’il maitrise en patron : les femmes.

Cannes 2016 c’est donc parti, dans un contexte international un peu bizarre où on ne peut ignorer les récents attentats qui ont frappé la France. Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve a, pour sa part rappelé que des mesures exceptionnelles ont été prises pour assurer la sécurité des Festivaliers. A voir mais d’ici là, continuons de rêver.

Et bon festival !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s