Chorus : l’amour existe encore

sans-titre6La disparition puis la perte d’un enfant. Un moment horrible qui le plus souvent pulvérise l’unité d’un couple tant il est parfois impossible de surmonter cet épisode épouvantable.

C’est ce qui arrive concrètement à Christophe et Irène qui se sont séparés suite à la disparition de leur fils, Hugo, huit ans à l’époque des faits. Suite aux aveux d’un pédophile en prison, ils sont invités à identifier les restes de ce dernier à Montréal. L’identification faite, s’engage un travail de deuil, de reconstruction où le couple séparé va peu à peu se rapprocher, s’unir et reprendre goût à la vie.

Chorus est un film poignant et fort. D’une part parce qu’il évoque un terme très lourd et difficile à traiter qu’est la perte d’un enfant. Comment se reconstruire lorsque la vie vous reprend le fruit de vos entrailles ? Comment envisager l’avenir lorsque pour vous, le temps s’est arrêté subitement ? Durant les années qui ont suivi la disparition de leur fils, Christophe et Irène ont préféré la fuite en avant, non pas par lâcheté mais pour mieux se protéger, avec le très mince espoir que leur enfant revienne. Christophe a quitté le Canada pour le Mexique où il se contente de petits boulots, lorsqu’Irène s’investit dans la chorale de son église à Montréal. L’annonce de la mort d’Hugo et ses circonstances vont, certes, replonger le couple dans la douleur mais également lui permettre de trouver une porte de sortie et un chemin vers la délivrance et une paix intérieure. Un chemin qu’ils prendront à deux, histoire de se rappeler qu’ils sont plus forts et – pourquoi pas ! – envisager à nouveau l’avenir, à deux.

CHORUS PHOTO3

Chorus, outre son histoire poignante et forte, est intégralement tourné en noir et blanc, ce qui accentue le côté dramatique de l’histoire mais lui donne dans le même temps, une force particulière. L’occasion pour moi d’évoquer, une nouvelle fois, le cinéma québécois, un cinéma particulier à la fois très nord-américain dans sa façon de tourner mais également très français dans sa façon de raconter une histoire, de nous émouvoir. La musique joue un rôle essentiel notamment via les chœurs d’église. Dans sa quête de paix intérieure, Irène voit dans le chant, une façon de se reconstruire pour ne pas sombrer. La puissance des chants donne toute la mesure du défi qui attend cette dernière et donne également un rythme particulier au film, qui adoucit l’atmosphère plutôt pesante en raison du thème.

CHORUS PHOTO5

Une quête spirituelle et intime que ce film nous invite à découvrir. Et si vous êtes effrayés par le fait de ne rien piger à l’accent et au français québécois, rassurez-vous ! On comprend très bien ! 😉

Chorus

Un film de : François Delisle

Pays : Canada

Avec : Fanny Mallette, Sébastien Ricard, Geneviève Bujold, Pierre Curzi, Antoine L’Écuyer, Luc Senay, Didier Lucien

Genre : drame

Durée : 1h36

Sortie : le 20 janvier

Note : 16/20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s