Bang Gang (une histoire d’amour moderne) : jeux interdits

185238L’adolescence. Cette période charnière de notre vie où on teste nos limites. Toutes nos limites. La période on expérimente tout. Où on se lance des défis aussi, sans savoir jusqu’où cela peut bien nous mener, parfois jusqu’à l’abîme et au scandale.

Cela commence avec George. Elle vit dans une ville tranquille de la côte Atlantique non loin de Biarritz. Elle est amoureuse d’Alex, beau garçon mais qui n’en a pas tellement cure des sentiments de la jeune fille, même s’il aime bien passer du bon temps avec elle. Pour attirer son attention, elle lance un jeu collectif à sa bande d’amis. Un jeu où chacun est invité à tester et repousser les limites de sa sexualité. Très vite, ce jeu, initié chez Alex, devient l’attraction du moment et chacun se retrouve dans ses fameux bangs gangs où rien ne semble avoir de limites. Jusqu’à ce que le scandale éclate.

Inspiré d’une histoire vraie, Bang Gang pose la question suivante : comment un petit jeu qui se voulait sans conséquences se transforme en scandale moral et des mœurs ? En effet, on a affaire à des lycéens issus de milieux favorisés et sans histoires mais qui s’embarquent dans une aventure bien spéciale et qu’ils n’ont tout simplement pas été en mesure de maitriser. Sans doute sont-ils insouciants, pour ne pas dire inconscients. 16 ans, c’est l’âge des jeux interdits, celui où on veut plaire et attirer l’attention, et c’est notamment vrai pour George qui, par amour et par jalousie (surtout), n’hésitera pas à repousser ses limites tant qu’elle capte l’attention d’Alex. Peu importe, les conséquences sur la vie de tout à chacun.

184883

En regardant ce film, le spectateur pourrait se dire qu’il a affaire à des adolescents en mal de sensations fortes et qui se vautrent dans la luxure et la débauche pour exister. Et s’ils étaient en mal d’amour, l’adolescence étant cette période où, certes on teste ses interdits mais on a du mal à exprimer ses sentiments notamment pour George qui détonne par une certaine fragilité et ce, sous l’œil de sa meilleure amie, Laëtitia, faussement naïve, et de son voisin, plutôt timide et réservé mais qui ne cache pas son intérêt envers elle ?

photo6_10657

Ce qui donne au film une certaine force et une beauté agréables à voir. Eva Husson décrit les émois de cette bande d’ado de manière explicite, réaliste mais autant tout poétique, esthétique et absolument pas vulgaire ou grossière. Les corps s’effleurent, se touchent, se désirent mais pas de manière à ce que le spectateur se sentent gêné ou soit contraint à être un voyeur. La scénographie et la musique y sont beaucoup dans ce film et permet à Eva Husson de transmettre son message et ses idées. Derrière le dépassement de soi et le fait de repousser ses limites, se trouve également une quête de soi-même, peu importe que notre système de valeurs et de mœurs soient brutalement balayé.

BANG GANG PHOTO4

Une façon brutale, radicale mais surtout intense pour cette génération baignée à Youtube et à la culture porno de passer à l’âge adulte, passage très bien retranscrit par cette poignée de jeunes acteurs. A ce propos, mention spéciale pour Finnegan Oldfied, qui confirme de plus en plus.

Bang Gang (une histoire d’amour moderne)

Un film de : Eva Husson

Pays : France

Avec : Daisy Broom, Lorenzo Lefèbvre, Marilyn Lima, Finnegan Oldfield, Fred Hotier…

Genre : comédie dramatique

Durée : 1h38

Sortie : le 13 janvier

Note : 16/20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s