Back Home : gérer l’absence

Back_HomeJoachim Trier. Un nom et un cinéma que je ne connaissais pas jusqu’à la semaine dernière, date où le réalisateur norvégien présentait Back Home à l’UGC Ciné Cité Les Halles. Grande avant-première comme le complexe parisien sait le faire avec la présence d’Isabelle Huppert toujours aussi grâce et grave dans son expression.

L’actrice française est mise une nouvelle fois à l’honneur dans un drame made in USA assez mélancolique. Dans une ville située non loin de New York, une exposition photo se prépare en hommage à Isabelle Reed, une photographe de guerre française morte dans un accident de voiture trois ans auparavant. A cette occasion, son défunt mari réunit ses deux fils dans la maison familiale. C’est alors que surgit un secret qui va bouleverser l’équilibre déjà précaire de chacun.

Back Home réunit un casting plutôt prestigieux. Outre Isabelle Huppert, l’irlandais Gabriel Byrne et l’américain Jesse Eisenberg sont à l’affiche d’un film qui se veut ambitieux et qui traite de l’absence d’un proche, un thème maintes fois abordé au cinéma, avec plus ou moins bien de réussite.

BACK HOME 3 PHOTO1

Ne connaissant pas l’univers de Joachim Trier, c’était donc en total découverte que j’ai vu et jugé l’œuvre du réalisateur norvégien. L’histoire est poignante notamment si on se met du point de vue du fils cadet, interprété par Devin Druid. Tout juste adolescent lorsqu’il perd sa mère, il doit vivre avec cette perte impossible à combler au point qu’elle perturbe son équilibre, surtout lorsqu’il découvrira le secret de famille. Face à cette perte, chacun n’a pas la même façon de se reconstruire et d’y faire face, ce qui donne des positions assez inégales, notamment entre le fils cadet et le père qui peinent à se comprendre.

BACK HOME 3 PHOTO6

Bonne trame mais au détriment d’un rythme assez lent. En réalité, très lent si je dois être honnête. Durant les 1h50 que durait le film, je vais bien avouer que je me suis souvent amusé à regarder ma montre ou à jouer avec mon iPhone. La faute, comme je viens de l’indiquer à un rythme très lent qui ne facilite pas l’attention du spectateur sans compter que le film en lui-même ne facilite pas toujours à sa compréhension. Entre flashbacks, digressions et changements de point de vue, on s’y perd (parfois) un peu, ce qui est bien dommage pour un film qui semblait intéressant sur le papier.

BACK HOME 3 PHOTO2

Résultat, je suis sorti de la projection, la tête encore plus embrouillée qu’avant et avec un sentiment mitigé. Il y avait de l’idée dans Back Home et on s’attendait à quelque chose de fort et grand, finalement, on se dit « tout ça pour ça ! » Bien sur, ce n’est que mon sentiment personnel et qui sait je serai agréablement surpris quand je verrai d’autres films de Joachim Trier, mais bon ! Back Home était largement en-dessous de son potentiel. Encore une fois, bien dommage !

Back Home (Louder than bombs)

Un film de : Joachim Trier

Pays : Norvège

Avec : Gabriel Byrne, Isabelle Hupert, Jesse Eisenberg, Devin Druid…

Genre : drame

Durée : 1h49

Sortie : le 9 décembre

Note : 9/20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s