L’Hermine : un seul être vous manque et tout est dépeuplé

mediaUn film avec Fabrice Luchini, c’est toujours particulier. On s’attend au meilleur comme au moins bon, l’acteur ayant ses partisans et ses détracteurs. Mais cela nous promet un moment intéressant.

Dans l’Hermine, Fabrice Luchini incarne Michel Racine, un président de cour d’assises aussi bien renommé que redouté, grand adepte des peines à deux chiffres. Avec lui, on prend minimum dix ans. Plutôt austère, solitaire et peu agréable, Michel Racine s’investit à fond dans son travail en guise de compensation. Sa vie bascule le jour où il retrouve Brigit Loresen-Coteret. Cette femme d’origine danoise est membre du jury d’assises qu’il doit présider. Six ans plutôt, ce médecin il avait sauvé la vie et Racine l’avait aimé en secret. Que va-t-il se passer maintenant que le destin frappe à nouveau à sa porte ?

Le décor planté, on pourrait penser que le film verse dans le gnangnan avec la énième histoire d’amour larvée entre deux personnes qui n’auraient du se rencontrer en temps normal. Ben détrompez-vous (en partie), car L’Hermine porte quelque chose de touchant en son cœur. Le rythme est bon, pas trop lent, soporifique et met en avant cette relation pour le moins particulière. Pour Michel Racine, il y a comme un avant et un après. L’avant c’est sa vie plutôt austère : séparé de sa femme, vivant à l’hôtel, l’homme en dépit de son rang et de sa renommée n’a pas tellement bonne presse dans son milieu qui lui reproche son manque d’humanité. L’après c’est quand il croise le regard de Brigit, ce médecin qui s’est occupée de lui il y a quelques années lorsqu’il fut lourdement hospitalisé. A son contact, notre président de cour, dur et implacable avec autrui en assises, s’humanise, se rappelle de cette femme qui l’a aimé (et qu’il aime toujours) et dont il est persuadé que cela est réciproque. Ce qui n’est pas vraiment de l’opinion de Brigit qui, si elle prend une certaine distance, au départ, semble peu à peu intriguée par ce président de cour.

L HERMINE PHOTO2

Une relation assez curieuse dans un contexte bien particulier, l’occasion pour le spectateur de découvrir les coulisses d’un procès en assises, où se croisent plusieurs destins suspendus à la décision d’un président et de son jury. Des personnes ordinaires qui doivent se déterminer et donner un verdict à une affaire difficile et grave (ici, un infanticide). Cette histoire d’amour qui n’en est pas vraiment une permet d’adoucir une atmosphère pas tellement agréable à vivre mais qui donne une certaine humanité et adoucit un homme qui sait que les décisions qu’il va prendre auront un impact crucial sur autrui.

L HERMINE PHOTO1

Un joli film à découvrir pour les fans de Fabrice Luchini (et ses détracteurs ^^’). Ah et j’oubliais : les fans de la série Borgen reconnaitront sans problème Sidse Babett Knudsen qui interprète de manière sobre, juste et  Brigitt

L’Hermine

Un film de : Christian Vincent

Pays : France

Avec : Fabrice Luchini, Sidse Babett Knudsen, Chloé Berthier…

Genre : comédie dramatique

Durée : 1h37

Sortie : le 18 novembre

Note : 13/20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s