Crazy Amy : une comédie US sympa mais paresseuse

495532Judd Apatow est un réalisateur qu’on ne présente plus notamment pour celles et ceux qui ont vu et apprécié En cloque mode d’emploi ou son dernier opus 40 ans, mode d’emploi où il dépeignait avec humour les joies de la quarantaine au sein d’une famille bien rangée de la classe moyenne californienne naviguant entre questions existentielles et situations cocasses.

Là, autre cadre, autre cible et direction la côte Est et New York à la rencontre d’Amy, une journaliste de trente deux ans qui officie dans un magazine de mode et qui assume surtout son célibat. Attention, elle n’est pas non plus du genre à attendre ou croire au prince charmant, bien au contraire ! Amy, en fille branchée et new-yorkaise qu’elle est, collectionne les relations d’un soir et les plans culs plus ou moins réguliers, fidèle à la devise de son père « La monogamie, ça n’existe pas ». Un mode de vie qui lui plait jusqu’au jour où elle rencontre et entame une relation avec un médecin du sport dans le cadre d’un article qui lui est consacré. Et si toutes ses certitudes (notamment au regard de son entourage) s’en trouvaient remises en question ?

Amy Schumer. Retenez ce nom car il se peut qu’on entende parler d’elle un peu plus régulièrement dans un avenir proche. Outre son joli minois (en tout cas, je parle pour moi ^^’), la trentenaire new-yorkaise sort du lot grâce à ses talents d’humoriste et à ses sketches pour le moins assez détonants. Bon, l’humour se veut un peu potache et la nana parle de sexe comme on parlerait chiffon, ce qui peut s’avérer déroutant des fois mais finalement pas si vulgaire, du moment que c’est drôle.

CRAZY AMY PHOTO2

C’est ce qui se retrouve dans Crazy Amy, du moins en grande partie. Amy est cash avec ses partenaires et se veut libre, pour mieux se préserver et éviter de s’ennuyer dans la monogamie, donnant lieu à des situations cocasses et répliques assez détonantes. Amy aime faire la fête, boire et coucher, c’est une femme de son temps et elle vous emmerde ! C’est sa philosophie de vie, sa religion et elle n’hésite pas à le revendiquer même lorsqu’elle se met à sortir avec Aaron. Elle est un peu fofolle, ce qui cache en réalité une certaine fragilité. Loin de penser que les hommes sont tous des salauds, c’est elle qui fixe les règles et mène la danse, pour se préserver et rester libre, même quand elle entamera une relation un peu plus classique et sérieuse avec Aaron.

CRAZY AMY PHOTO6

Une situation paradoxale qui aurait pu nous promettre une comédie new-yorkaise tout droit sorti des stands-up dont est issue Amy Schumer. Mais, il n’en est rien et c’était pas faute d’y voir cru. Car si les premières minutes sont poilantes, le film perd rapidement de son intensité et de sa mécanique pour tomber dans les vieilles recettes de la comédie (romantique) US qui se veut politiquement incorrect. Bon, comme on rigole un peu, grâce à Amy Schumer et surtout parce que Judd Apatow est un cinéaste tendance et parce que c’est lui, le film reste sympa.

Sympa mais finalement un peu paresseux.

Crazy Amy (Trainweck)

Un film de : Judd Apatow

Pays : Etats-Unis

Avec : Amy Schumer, Bill Hader, Brie Larson, Tilda Swinton, Colin Quinn…

Genre : comédie

Durée : 2h05

Sortie : le 18 novembre

Note : 11/20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s