Madame Bovary : une adaptation anglophone intéressante mais difficilement convaincante

Madame-Bovary-AfficheC’est un classique de notre littérature hexagonale qui fut à plusieurs reprises adaptée au cinéma, avec plus ou moins de réussite selon les époques et les objectifs.

Madame Bovary fut un best-seller au moment où il fut publié par Gustave Flaubert vers la fin du XIX° siècle. Après une adaptation de Jean Renoir, à la fin des années 1930, une première version américaine en 1949 et une nouvelle adaptation française en 1991, le livre passe une nouvelle fois dans la case cinéma et réalisé pour la première fois par une femme, Sophie Barthes.

Le synopsis ne change pas tellement par rapport aux autres films. Emma Rouault, tout juste sortie du couvent épouse en premières noces, Charles Bovary, un jeune et élégant médecin. Elle quitte donc son père pour s’installer dans un village normand non loin de Rouen et passe ses journées à aménager sa demeure, jouer du piano et recevoir ses visiteurs. Mais elle se languit vite de cette vie où son mari est qui plus est souvent absent. Emma Bovary, qui souhaite une vie plus attrayante et davantage de passion avec son époux, s’engage alors dans plusieurs relations adultérines et s’endette avec déraison auprès de Monsieur Lheureux, habile commerçant. Trois hommes qui vont marquer son existence et causer sa perte.

MADAME BOVARY 4 PHOTO6

Pour être honnête, je me suis un peu ennuyé durant la première heure de Madame Bovary. La faute à un rythme plutôt lent, pour ne pas dire soporifique malgré la présence de la très mignonne Mia Wasikowska. L’actrice australienne peine à crever l’écran, du moins durant une large partie du film et on est vite gagné par l’ennui malgré un casting intéressant avec la présence de Ezra Miller, récemment distingué dans While you’re young, sorti l’été dernier.

MADAME BOVARY 4 PHOTO5

Et pourtant, il y avait de quoi faire surtout que le film apportait un regard féminin sur une femme que les conventions et la morale ont bien vite jugé. L’action se passe au milieu du XIX° siècle mais on pourrait finalement la transporter au XXI° siècle. Emma est une jeune femme qui est malheureuse, cela se voit, cela se sent. Mais plutôt de subir et se taire tel une épouse soumise et dépendante, elle décide de vivre ses envies, ses désirs, d’être une femme quoi ! Elle n’hésite pas, quitte à se brûler les ailes et à se montrer naïve. Elle croit sincèrement que les deux hommes dont elle tombe amoureuse et avec qui elle entretient une relation adultérine, vont l’épouser et partir avec elle. Mais c’est sans compter sur une certaine lâcheté de ces mêmes messieurs comme tout la lâcheté de son mari qui ne se rend pas tellement compte de la souffrance d’Emma. Tout comme elle croit aux belles paroles de Monsieur Lheureux qui la flatte pour mieux la mettre au pied du mur le moment venu.

MADAME BOVARY 4 PHOTO2

Une manière de se dire que, du point de vue de Sophie Barthes, Emma, c’est finalement l’archétype de la femme dupée et trompée par les belles paroles des hommes qu’elles rencontrent et qui l’ont finalement détruite. Un point de vue intéressant, très actuel, mais un peu gâché par un rythme un peu lent. Dommage car cette adaptation anglophone était plutôt intéressante à première vue !

Madame Bovary

Un film de : Sophie Barthès

Pays : Etats-Unis

Avec : Mia Wasikowska, Henry Lloyd-Hughes, Ezra Miller, Paul Giamatti, Rhys Ifans, Olivier Gourmet…

Genre : drame

Durée : 1h58

Sortie : le 4 novembre

Note : 12/20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s