La Dernière séance et le mythique Trianon

12191414_428515370677126_7451362503958296371_nLorsque je prends le bus 105 pour me rendre à Paris, via Les Lilas, je passe toujours devant ce bâtiment, sans jamais prendre le temps de m’y arrêter, ni même de le connaître.

C’est pourtant un édifice connu, enfin… connu sans être véritablement connu. Car si tout le monde sait vaguement de qui il s’agit, peu de gens connaissent son histoire, sa mythique histoire, comme moi d’ailleurs.

Malgré tout, ceux qui ont plus de trente ans n’auront aucun mal à connaître cette chanson culte d’Eddy Mitchell, La Dernière séance qu’il a commencé à jouer dans les années 1970 et qui depuis, reste intimement associée au Trianon, mais cela j’en parlerai ultérieurement.

Le Trianon, tout d’abord. Salle unique de cinéma, il fut construit et inauguré en 1929 (bien que diffusant des films depuis 1910), situé à la limite entre Romainville et Noisy le Sec. Pour l’anecdote, l’entrée se situe sur la commune de Romainville et une grande partie de la salle sur le territoire de la commune voisine. Suite aux bombardements de Noisy le Sec durant la Seconde Guerre mondiale, le bâtiment fut détruit et reconstruit pour une nouvelle inauguration en 1953.

Mais c’est avec La Dernière séance que Le Trianon sort de l’anonymat et gagne en notoriété. Créé en 1982 par Eddy Mitchell et Serge Moati, cette émission proposait les grands classiques du cinéma américain des années 1950. Western, péplums, stars mythiques tels James Dean, Rock Hudson, Gary Cooper, Marilyn Monroe… le célèbre chanteur s’avère également un énorme cinéphile amateurs des grands classiques. Chaque semaine, il présentait en compagnie de Patrick Brion, deux longs-métrages mais également un court animé en guise d’entracte. L’ambiance se voulait cinéma de quartier et à l’ancienne avec l’ouvreuse qui plaçait les spectateurs juste avant la séance. Un cinéma dans lequel tout le monde était invité et c’est d’ailleurs tout l’esprit de l’émission : rassembler aussi bien les cinéphiles que les néophytes et faire comprendre que le cinéma n’est pas qu’une affaire d’initiés. Nul doute que Le Trianon servait de cadre idéal en raison de son intérieur d’époque (intérieur qui demeure aujourd’hui), même si c’est le « Palace », le cinéma de Beaumont sur Oise, qui a servi de cadre pour le générique de l’émission.

La Dernière séance, ce fut 192 émissions qui furent diffusées de 1982 à 1998, liant pour toujours Le Trianon au programme de France Régions 3, devenu entretemps France 3. L’émission n’est plus mais le cinéma demeure. Classé « Art et essai », il n’en propose pas moins une programmation généraliste qui vise tous les publics et tous les goûts. Un patrimoine de la culture séquano-dyonisienne à découvrir pour sa salle avec balcon de plus de 400 places, ainsi que pour son café. Un endroit chargé d’Histoire et qui a toute sa place en Seine-Saint-Denis, décidément le département du cinéma.

12182459_428147507380579_4578990602698513545_o

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s