« Un peu, beaucoup, aveuglement » : la comédie romantique pour tous ?

UPBA_affiche2Lorsqu’un acteur passe derrière la caméra pour la première fois, ce dernier est particulièrement attendu. Certains ont réussi le passage avec brio, d’autres se sont (malheureusement ou heureusement, c’est selon !) se sont cassés les dents.

Aussi, le premier long-métrage de Clovis Cornillac n’allait pas manquer d’être commenté et analysé d’autant plus que le point de départ n’était pas forcément original, une énième comédie romantique me direz-vous !

Mais Un peu, beaucoup, aveuglement se distingue pas un synopsis pas si banal que cela : deux personnes que tout opposent, sont voisins. Lui est un inventeur et passe son temps à être calfeutré dans son appartement à ne voir pratiquement personne hormis un ami. Elle est pianiste, donne des cours pour pouvoir subvenir à ces besoins en attendant de passer un concours qui pourrait changer sa vie. Une cloison très mal insonorisée les sépare et nos deux protagonistes engagent une véritable guerre de tranchées avant de se rapprocher petit à petit… sans se voir.

UN PEU BEAUCOUP AVEUGLEMENT PHOTO1

Lors de son passage dans la célèbre émission de Laurent Ruquier sur France 2, Clovis Cornillac présentait son film comme une comédie romantique convenant aussi bien aux femmes qu’aux hommes. Il avait vu juste car j’ai été plutôt emballé par son long-métrage où les gags et les situations cocasses se succèdent plutôt bien. On sent bien qu’en temps normal, Lui et Elle ne devraient même pas se rencontrer, Lui et Elle étant complètement différents. Qui plus est, la cloison qui les sépare devrait en toute logique couper tout lien. Mais c’est justement grâce à cet obstacle matériel que nos deux personnages s’apprivoisent et apprennent à se connaître, pour se rendre compte qu’ils ne se sont pas différents que cela. Il y a même un côté « Tournez Manège » dans ce film : dans cette émission culte de TF 1 dans les années 1980 et 1990 (et remise au goût du jour par Cauet quelques temps plus tard), deux hommes et deux femmes qui ne se connaissent pas, discutent et se séduire avant de lever le rideau et de se découvrir. C’est exactement le même esprit dans Un peu, beaucoup, aveuglement comme si Clovis Cornillac a voulu passer un message : l’état d’esprit compte bien plus que le physique qui n’est qu’apparat.

UN PEU BEAUCOUP AVEUGLEMENT PHOTO4

Résultat, un film rafraîchissant avec une Mélanie Bernier pétillante et très drôle en pianiste très coincée, qui peine à s’exprimer et à s’affranchir et un Clovis Cornillac qui derrière son côté ronchon, cache une grande sensibilité. Oui, cette comédie romantique est bien une comédie romantique pour tous !

Un film de : Clovis Cornillac

Pays : France

Avec : Clovis Cornillac, Mélanie Bernier, Philippe Duquesne, Lilou Fogli, Manu Payet…

Genre : comédie romantique

Durée : 1h32

Sortie : le 6 mai

Note : 15/20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s