Le labyrinthe du silence : quand les Allemands jugent des Allemands

278649C’est un épisode de l’Histoire de l’Allemagne que je n’ignorais complètement et que j’ai découvert à l’occasion, celui du procès de Francfort de 1963 dans lequel une vingtaine de prévenus furent poursuivis pour crimes de guerre et crime contre l’Humanité en raison de leur implication dans l’extermination des Juifs à Auschwitz.

Tout commence cinq ans plus tôt, en 1958. Johann Radmann, jeune procureur de 28 ans, tombe sur des documents prouvant l’implication d’un officier nazi, reconverti instituteur, ayant servi au camp d’Auschwitz pouvant ainsi ouvrir la voie à un procès. Mais dans une Allemagne qui se reconstruit et veut tourner la page de la Seconde guerre mondiale et du Nazisme, la tâche du juge s’avère particulièrement pénible. En effet, il n’est pas très bon de remuer le passé et Radmann va l’apprendre à ses dépends.

Le labyrinthe du silence pose une question qui – hasard du calendrier – fait écho à l’actualité très récente : comment un peuple doit-il être confronté à son passé aussi horrible et douloureux soit-il ? Johann Radmann représente une jeunesse allemande qui, certes est née avant la guerre mais suffisamment « épargnée » par les atrocités du régime nazi. Cette génération fut suffisamment jeune pour être impliquée et c’est celle qui incarne l’Allemagne de demain, celle qui sera au pouvoir dans les années 70 et 80. Mais avant, cette jeunesse devra faire face à la grande omerta qui règne au sein de la société allemande, une société qui n’ose imaginer qu’un simple directeur d’école ou bien encore un notable ait pu avoir du sang sur les mains, d’où cette tentation facile de tout mettre sous le tapis.

LE LABYRINTHE DU SILENCE PHOTO1

Le labyrinthe du silence porte en tout cas bien son nom : comment notre héros va-t-il pouvoir faire à la fois son travail mais également faire, malgré lui, un devoir de mémoire indispensable pour son pays ? Le personnage principal est loin d’être infaillible et l’enquête qu’il mènera ne sera pas sans conséquences sur un plan professionnel comme personnel mais il incarne une Allemagne qui veut assumer son passé pour mieux affronter l’avenir.

LE LABYRINTHE DU SILENCE PHOTO2

Primé lors de différents festivals, le film de Giulio Ricciarelli offre un point de vue allemand sur le passé de l’Allemagne, sans pathos mais aussi sans concession. Pour les férus d’Histoire, et les germanophiles, c’est une bonne occasion de découvrir ce long-métrage qui reste encore d’actualité.

Le labyrinthe du silence (Im Labyrinth des Schweigens)

Un film de : Giulio Ricciarelli

Avec : Alexander Fehling, André Szymanski, Gert Voss, Johan von Bülow…

Pays : Allemagne

Genre : drame

Durée : 2h03

Sortie : le 29 avril

Note : 15/20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s