« Broadway therapy » : comment un rôle peut changer votre vie… et créer un sacré désordre dans celle des autres

ob_3db668_image003Comment un rôle peut changer votre vie et chambouler les personnes qui gravitent autour de vous, pour le pire et… le pire ? Cela donne en tous cas, un sacré désordre aux conséquences plus ou moins inattendues et surtout inestimables.

C’est tout à fait le cas d’Isabelle dite Izzy qui lors d’un entretien avec une journaliste revient sur ses débuts d’actrice. A travers ses souvenirs plus ou moins farfelus, l’ancienne escort-girl de Brooklyn raconte comment sa « rencontre » avec Arnold, un metteur en scène montant une pièce sur Broadway a changé la donne tout en chamboulant l’existence de leurs entourages respectifs par le biais de situations et de quiproquos tout aussi drôles et délirants.

Broadway therapy, c’est avant tout l’histoire d’un coup de chance, celle d’une escort-girl qui aimerait devenir actrice mais qui fait ce métier pour vivre et qui se retrouve un peu malgré elle embarquée dans une succession de malentendus. L’ambiance est en effet un peu loufoque, et on découvre bien assez vite que les protagonistes de cette histoire ont un lien plus ou moins direct avec Izzy et que tous vont se retrouver embarqués un peu malgré eux, donnant lieu à un grand barnum. D’Arnold, le metteur en scène séducteur et aimant la compagnie des prostituées de luxe (qui le lui rendent bien), à Joshua, le dramaturge amoureux d’Izzy mais sortant avec Jane, la psychanalyste qui a Izzy pour patiente, en passant par Delta, l’actrice qui pousse son metteur en scène de mari (un certain… Arnold) à recruter Izzy (bien qu’elle ne sache pas qu’ils ont couché ensemble) sans oublier Seth qui jette son dévolu sur Delta ainsi que Pendergast, un juge qui est en réalité un client d’Izzy dont il est épris et qu’il fait surveiller par un vrai-faux détective… qui s’avère être le père de Joshua… On s’y perd un peu mais dès qu’on entre dans le vif du sujet et on se retrouve dans un joyeux désordre in fine.

BROADWAY THERAPY PHOTO6L’occasion de trouver un casting plutôt séduisant avec notamment Imogen Poots, toujours aussi pétillante et mignonne, un Owen Wilson en metteur en scène meilleur sponsor des escorts-girls (ce qui va bien avec ses rôles de séducteur beau gosse) et une Jennifer Aniston en psy déjantée. L’occasion également pour moi de faire la connaissance du réalisateur Peter Bodganovitch, un cinéaste qui revient après treize ans d’absence et que je ne connaissais pas jusqu’ici mais dont le film m’a fait un peu fait penser à ceux de Woody Allen, lui-aussi un amoureux de la Grosse Pomme. Un monument apparemment puisqu’il m’a même demandé à Quentin Tarantino, un admiratif de son travail selon Première, de faire une apparition dans le film, ce qu’il a accepté sans difficulté apparemment ! 😉

BROADWAY THERAPY PHOTO2Bref, un bon moment pour ceux qui aiment les comédies loufoques et New York, ce qui peut être sympa en cette seconde quinzaine d’avril.

Broadway therapy (She’s Funny That Way)

Un film de : Peter Bodganovitch

Avec : Imogen Poots, Owen Wilson, Jennifer Aniston, Kathryn Hahn, Will Forte, Rhys Ifans, Quentin Tarantino…

Pays : Etats-Unis

Genre : comédie dramatique

Durée : 1h33

Sortie : le 22 avril

Note : 13/20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s