Une belle fin : quand parler de notre rapport à la mort devient un sujet léger

Une_belle_finJe ne vous apprend rien : on est tous destiné à quitter cette Terre un jour, c’est même une certitude ! Mais en attendant ce jour fatidique, on essaie de profiter de la vie et on fait surtout en sorte de laisser une bonne image de soi.

Mais que se passe-t-il lorsque personne n’est présent à vos funérailles ? Personne pour célébrer la mémoire du disparu et prononcer son éloge funèbre ? Dans ce cas, vous pouvez toujours compter sur John May, un fonctionnaire londonien dont la principale mission est de justement, retrouver les proches des disparus. John aime son travail et veille scrupuleusement à retrouver les membres de la famille ou les amis du défunt, quitte à rédiger, quand il le faut, les éloges funèbres. D’un tempérament modeste et effacé, la vie de John va cependant être chamboulé lorsqu’il doit s’occuper du dossier de Billy Stoke qui n’est autre que son voisin, le jour même où il apprend qu’il doit quitter son service. Commence alors une grande enquête dans la vie du disparu, une enquête dont il ne sortira pas indemne.

UNE BELLE FIN PHOTO4

On pourrait penser que la vie de John est ennuyeuse, terne. C’est un peu le cas en apparence. Le fonctionnaire ne vit que pour son travail et ne semble pas avoir de vie sociale, de vie tout court, j’oserais dire ! S’occuper des disparus et leur assurer une belle fin, c’est inconsciemment une façon pour lui de compenser son manque d’affection, de reconnaissance aussi bien professionnelle que personnelle. C’est un peu le sentiment qu’on a lorsqu’on découvre ce film qui s’avère en réalité une jolie histoire. John est un homme simple mais un homme extraordinairement bon qui veille à ce que les disparus, ses disparus, ne tombent pas dans les rouages administratifs et aient une dignité jusqu’au bout. On pourrait se dire qu’il s’y perd à force et que tant de générosité ne lui apporte rien en retour. Mais détrompez-vous ! Le dévouement de John ne sera pas sans conséquences laissant présager une fin heureuse… ou pas !

UNE BELLE FIN PHOTO5

Une belle fin est la jolie surprise de ce mois d’avril avec un acteur que je découvre, Eddie Marsan. Un film british mais avec une jolie pointe italienne, cela donne une histoire poétique, belle et agréable à suivre même si on peut se plaindre d’un rythme un peu lent, ce qui se comprend aisément en réalité et colle même avec l’esprit du film. Ou comment traiter d’un sujet difficile (notre rapport à la mort) avec légèreté et même sourire. Et ça, il n’y avait qu’un Italien pour réaliser cette prouesse !

Une belle fin (Still life)

Un film de : Uberto Pasolini

Avec : Eddie Marsan, Joanne Froggatt, Karen Drury, Andrew Buchan…

Pays : Royaume-Uni

Genre : comédie dramatique

Durée : 1h33

Sortie : le 15 avril

Note : 14/20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s