« The Interview » : la victoire des hackers ou du buzz ?

the-interview-posterLes pirates ont donc gagné et Sony Pictures s’est plié à leurs menaces sont sourciller. The Interview (L’interview qui tue, son titre français) ne sortira pas le jour de Noel aux Etats-Unis comme initialement prévu et jusqu’à nouvel ordre.

Même si Sony Pictures a, d’ores et déjà exclu une sortie en direct to DVD, il n’en demeure pas que cette annonce est difficilement compréhensible, sauf à considérer que les producteurs du film inaugurent une sorte de campagne promotionnelle pour le moins particulier.

En effet, force est de remarquer de depuis la mésaventure de Sony Pictures et le piratage de ses données personnelles, on ne cesse de faire le buzz sur The Interview et son synopsis, à savoir deux agents qui, déguisés en journalistes, sont chargés d’assassiner le leader nord-coréen Kim-Il Sung.

Personnellement, je m’interroge sur l’opportunité d’annuler la sortie d’un film, pour des questions de sécurité nationale qui plus est. Certes, le gouvernement américain et Sony Pictures semblaient prendre très au sérieux, les menaces des hackers de s’en prendre à tout cinéma qui aurait eu le culot de projeter le film d’Evan Goldberg et de Seth Rogen. D’autant plus que l’administration américaine semble bel et bien accuser la Corée du Nord d’être à l’origine de cette attaque.

Mais réflexion géopolitique mise à part, cette forme d’autocensure est quelque peu dommageable et la réaction un peu légère. En effet, même si on considère que le régime de Kim-Il Sung est derrière tout cela, ce n’est pas la première fois que le dictateur nord-coréen pète un câble et s’amuse à menacer les Etats-Unis, tout en cherchant à négocier via la Chine, dans le même temps. Qui plus est, je ne vois pas trop l’intérêt de s’en prendre à ce point à ce film qu’on aura de toute façon pris soin de censurer à Pyongyang, si tant est que les nord-Coréens soient même au courant de l’affaire !

James Franco et Seth Rogen, acteurs principaux dans "The Interview"
James Franco et Seth Rogen, acteurs principaux dans « The Interview »

Dès lors, il est plus probable – comme je l’ai écrit plus tôt – que cette histoire d’annulation ne soit en réalité qu’un méchant buzz ayant pour but d’accroître l’intérêt autour du film, buzz d’autant plus possible lorsqu’on consulte le compte Twitter dédié au film et qui avoisine les 40 000 abonnés, ce qui est très fort pour un long-métrage qui n’est pas encore sorti. Je me trompe peut-être et il se peut qu’il y ait véritablement une menace pour la sécurité nationale des Etats-Unis mais ce n’est pas la première fois qu’Hollywood sort des films polémiques ou des comédies, véritables satires contre des dictateurs ou des régimes en place. Sans doute que Sony Pictures, totalement dépassé par l’histoire, a préféré calmer le jeu mais il n’est pas impossible qu’on se fasse tous avoir dans l’affaire !

Alors attendons voir mais le buzz créé autour de The Interview montre bel et bien que le film suscite davantage d’intérêt et que les gens n’attendent qu’une chose : voir à quoi il ressemble. Un nouveau coup de théâtre n’est pas à exclure et si la menace était véridique, cela serait une bien mauvaise pour la liberté de création !

Pour info, il faudra patienter d’ici avril prochain pour voir L’interview qui tue débarquer chez nous (sauf si on l’interdit par peur de représailles !)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s