Quand Léa Seydoux déchaîne les passions

lea-seydoux-bondLa semaine dernière, on apprenait que Léa Seydoux serait la prochaine James Bond girl, ayant ainsi l’immense honneur de donner la réplique à Daniel Craig et de rejoindre la lignée d’actrices comme Ursula Andres, Carole Bouquet ou bien encore Halle Berry.

Très rapidement, les commentaires se sont enchaînés pour analyser cette nouvelle cinématographique, certains partagés par une circonspection certaine et d’autres s’offusquant déjà que la star soit au casting d’un film important, en raison de son jeu d’acteur plus que contestable.

Je vous avoue, je n’ai pas d’avis sur Léa Seydoux. Actrice géniale pour certains, insupportable fille à papa pour d’autres, il faut bien avouer que cela ne doit être facile pour elle tous les jours surtout lorsqu’on est la fille et la petite-fille d’une grande famille du cinéma français, grand fournisseur de films, Pathé pour ne pas le nommer. Léa a ses fans, elle a aussi ses détracteurs, ce qui fait qu’on parle constamment d’elle et qu’en fonction des rôles qu’elle joue, on se paie le luxe de l’apprécier comme de la détester.

Ainsi si j’avais trouvé Léa Seydoux plutôt intéressante (et encore ! en tout cas pas si nulle) dans Grand Central (avec Tahar Rahim), en revanche, je l’ai trouvé ennuyeuse dans La Vie d’Adèle, me disant que quelque chose n’allait pas, que cela clochait dans son jeu d’acteur, sans compter sa bourde lors de la promo du film où elle était déclarée qu’elle s’était trouvée moche, une vraie lesbienne ! Pas très malin quand on interprète une homosexuelle qui vit une véritable passion amoureuse !

Le souci de Léa Seydoux, c’est que quelque soit sa bonne (ou mauvaise) foi, quelque soit son (bon ou mauvais) jeu, elle aura toujours cette étiquette de « fille de », pas très sympa je vous l’accorde mais bien moins pire que celle sexiste de la femme ayant couché avec le producteur. Bon, c’est tiré par les cheveux mais comment expliquer autrement cette polarisation autour d’une jeune femme qui suscite l’intimité comme la sympathie alors qu’il n’est nullement question de son jeu d’acteur mais plutôt de sa personne ?

En clair, il faudra sans doute ce qu’on appelle « un grand rôle », celui qui vous fait passer d’une dimension à l’autre et qui surtout fait taire les critiques pour que Léa Seydoux puisse être considérée comme une actrice à part entière, si tant est qu’elle y parvienne un jour. En attendant, j’espère que son futur rôle de James Bond girl sera beaucoup plus crédible que celui d’espionne qu’elle avait (très) mal joué dans le dernier Mission Impossible mais qu’elle avait mieux interprété en comparaison à la « mort » de Marion Cotillard dans le dernier Batman ! C’est dire le niveau !

One Reply to “Quand Léa Seydoux déchaîne les passions”

  1. Moi j’avoue faire partie des détracteurs, mais pas seulement parceque ses parents sont blindés. Juste qu’elle est vraiment mauvaise… Tu parles de la mort de Marion Cotillard, certes mais regarde ses autres rôles elle a excellé. C’est pas par hasard si elle fini par faire plus de rôles aux USA qu’en France..
    Je dis pas qu’elle est sans talent je trouve juste anormal qu’elle soit à cette place aux vues de son médiocre talent.
    Enfin je la trouve absolument pas dans la lignée de Sophie Marceau, Eva Green, Carole Bouquet… etc…
    En tout cas bravo car tu restes objectif tout au long de ton article.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s